Histoire du Clos Bourgelat

domaine-clos-bourgelatLe domaine de « Bourgella », tel était son nom lors de son acquisition par Léon et Marthe LAFOSSE en mars 1889, a été cultivé, entretenu et agrandi au fil des années par la même famille Lafosse.

Les générations qui se sont succédées ont chacune apporté une pierre à l’édifice et le CLOS BOURGELAT est aujourd’hui une jolie exploitation de près de 14 hectares. Dominique, Jocelyne et Antoine Lafosse sont les heureux propriétaires de ce clos que leurs ont laissé Jacques et Marie-Hélène Lafosse en 1980. Comme leurs prédécesseurs, ils sont restés à l’écoute de leurs clients qui leurs font confiance depuis de longues années.

Le respect des hommes et de la nature sont des valeurs appréciées de cette plante qu’est la vigne qui nous donne tant de satisfaction les belles années et tant de soucis certaines autres. Le domaine est situé en plein coeur de l’appellation GRAVES, à CERONS, village éponyme d’une appellation de vin liquoreux, à 35 kilomètres au sud-est de Bordeaux sur la rive gauche du fleuve « Garonne ». Berceau originel des vins de Bordeaux, la région des Graves s’étire sur une soixantaine de kilomètres au sud de la ville, entre la lande girondine et la rive gauche de la Garonne. Le CLOS BOURGELAT fait partie des quelques 300 châteaux de cette AOC dont les vins portent le nom de leur sol pour toute identité et faisant naître, année après année, des vins artisans d’une grande finesse.

Le CLOS BOURGELAT (connu des vétérinaires puisque Claude Bourgelat fut le créateur des écoles vétérinaires dont il a fondé la première du genre à Lyon en 1761 puis à Alfort), produit des vins blanc et rouge de GRAVES, des CERONS mais aussi des SAUTERNES qui vous raviront le palais.

Le terroir

Les AOC GRAVES et CERONS sont produites sur le même terroir et profitent d’un sol exceptionnel chargé de galets, cailloux, graviers plus ou moins gros, sables mêlés à des limons sur une couche de calcaire et d’argile. La maturation du raisin est favorisée grâce à la chaleur accumulée par les graves et redistribuée progressivement sur les grappes. Le climat, représentatif de la Gironde, influencé par l’Océan Atlantique, est tempéré et favorable à la vigne par sa douceur. A l’ouest de l’aire d’appellation « GRAVES » l’immense et splendide forêt de pins des Landes lui sert de frontière et de protection.

 

Les sols

Pour le Clos Bourgelat l’enherbement d’un rang sur deux est un choix pour un meilleur équilibre du sol et une vie microbienne respectée. La production en est ainsi maîtrisée. Le travail mécanique des sols reste cependant la préférence d’Antoine. Les analyses de sol permettent d’évaluer les éventuels manques et les apports en nutrition sont de ce fait à la demande. Les vignes sont éloignées de seulement quelques kilomètres des chais et ont un âge moyen de 40 ans.

Histoire de Cérons

clos-bourgelat-1Dans cette région riche en vestiges de vignobles gallo-romains, Sirione (Cérons) est le seul lieu mentionné sur l’itinéraire d’Antonin, carte du réseau routier sous l’empereur Caracalla (211-217) et aussi sur la Table de Peutinger (IIIe siècle).

La renommée et l’importance du vignoble, l’existence d’un passage à gué lors de basses marées pourrait être à l’origine de la mention de cette étape militaire et marchande. Après le Moyen-Age, dès la fin du XVIe au XVIIIe, on retrouve trace de la réputation de ses vins et de ses tonneliers. Le vignoble acquiert progressivement son amplitude et fixe la typicité de ses produits. Faisant partie de la Prévôté Royale de Barsac, ses vins s’expédient par le port obligatoire de la juridiction. Au XIXe Cérons retrouve son autonomie, Paguierre (courtier en vins) dans l’édition anglaise de 1828 signale que ses vins « se distinguent par une jolie sève, une riche saveur, de la fermeté et beaucoup de moelleux ». Lors de l’institution des Appellations d’Origine Contrôlée en 1935, un des premiers décrets reconnut l’antique réputation de ces vins en créant l’appellation « CERONS » le 11 septembre 1936.